Les vaches sont-elles racistes?

Aujourd'hui j'ai reçu à Corbusin une collègue de Moitron-sur-Sarthe qui élève des chevaux et des vaches. Une bonne chrétienne, veuve, qui exerce son métier avec passion et dévouement depuis plus de quarante ans. Elle est vraiment amoureuse de ses cinquante chevaux (trotteurs et galopeurs) et de sa soixantaine de bovins.


Au cours du déjeuner, elle m'a fait part d'une observation personnelle qui m'a beaucoup surpris. D'après son expérience, les vaches seraient "racistes". En effet, elle affirme que, quand elle met ensemble des jeunes bovins de races différentes (Limousin et Aubrac, par exemple), alors mêmes qu'ils sont nés dans le même lieu et ont été élevés les uns avec les autres, ils finissent toujours par se séparer en deux groupes distincts correspondants à leur race. Elle a même ajouté ceci: "Si je mets une Limousine avec les Aubracs, elle restera seule, à part; les autres finiront par l'exclure du groupe".


Je me suis posé la question: le racisme qui existe chez les humains, si inexplicable aux yeux de la science (et de la foi), est-il alors un reliquat des réflexes animaux? Ou bien avons-nous transmis ce comportement à nos animaux domestiques? Ou bien, encore, est-ce une projection humaine sur le comportement animal? Je croyais jusqu'à présent que ce phénomène était purement humain. Ce n'est peut-être pas le cas.


Je n'ai pas observé de tel comportement raciste chez mes chevaux. Mais, il faut avouer, presque tous mes équidés sont de "races" différentes: aucune n'est donc assez nombreuse pour prétendre à constituer la majorité et pouvoir "discriminer" les minorités.




Source de la photo: Chambre d'agriculture des Pays de la Loire

155 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout